Nature et Environnement

La récolte de l’algue rouge

La récolte de l’algue rouge

Aux premières houles de l’automne, ce ne sont pas seulement les surfeurs qui s’agitent. C’est aussi la saison de récolte de l’Algue Rouge, Gelidium sesquipedale, qui commence au Pays Basque. C’est effectivement toute une industrie qui se met en marche, pour des volumes dépassant le millier de tonnes.

algues rouges

L’algue rouge ?

Cette algue rouge est une source de gélifiants (et d’antioxydants tel que nous l’avons récemment montré) utilisés dans des domaines aussi divers que l’alimentation, la biotechnologie et la cosmétique.

Dans son cycle de croissance naturelle, Gelidium sesquipedale pousse sur les récifs rocheux exposés aux courants et à la houle, généralement sous le niveau des marées les plus basses jusqu’à une quinzaine de mètres de profondeur. Pendant les mois calmes de l’été, les algues ont une croissance soutenue ; atteignant leur taille maximale en début d’automne. L’océan se met en mouvement à cette époque, les houles soulevées par les tempêtes distantes. Sous l’action des vagues, des rameaux d’algues se détachent du fond en masse.

C’est alors que la récolte commence. En pleine eau, les algues s’emmêlent et s’accumulent dans certaines zones au gré des courants. Des bateaux de pêche équipés de filets spéciaux viennent les cueillir sur place, sans perturber les fonds. Pour certains équipages, cette activité peut représenter jusqu’à 50% du chiffre d’affaires annuels !

Comment en récolter ?

Sur les plages, on ramasse les grands tas d’algues échouées à l’aide de tracteurs avec des remorques spécialement adaptées. Ce sont les mêmes engins qui assurent le nettoyage des plages en été.

Ailleurs, des plongeurs ou alors des pêcheurs à pied cueillent, à marée basse, les algues sur pied, allant jusqu’à arracher la base où elles se fixent au substrat. Lorsque cette pression de «pêche» est trop forte, on voit une production qui diminue d’année en année. C’est notamment le cas au Maroc où une pêche trop forte et régulée de manière anarchique a vu l’effondrement récent des champs sauvages de Gelidium. La même chose s’était déjà passée au Portugal : dans les années 70 on récoltait plusieurs milliers de tonnes par an, aujourd’hui ce ne sont plus que 200 tonnes/an.

Au Pays Basque, la récolte sur pied n’est pas permise : ce qui permet une exploitation durable et raisonnée. Ainsi, cette belle ressource perdure aujourd’hui et pour les générations futures.

Les extraits d’Algue contenus dans les produits des Laboratoires de Biarritz sont issus de cette utilisation respectueuse de l’environnement.

Crèmes hydratante Meteologic