Nature et Environnement

La récolte de l’algue rouge

La récolte de l’algue rouge

Parmi la biodiversité marine, les algues forment un groupe extrêmement large. Aux premières houles de l’automne, ce ne sont pas seulement les surfeurs qui s’agitent. C’est aussi la saison de récolte de l’Algue Rouge, Gelidium sesquipedale, qui commence au Pays Basque. C’est alors toute une industrie qui se met en marche, pour des volumes dépassant le millier de tonnes.

l'ague sur le sable

Qu’est ce que l’algue rouge ?

L’algue Gelidium sesquipedale, appelée “algue rouge ou Gelidium” est présente sur la côte atlantique.  Employée pour sa propriété gélifiante (et antioxydante), l’algue rouge est utilisée dans des domaines aussi divers que l’alimentation, la biotechnologie et la cosmétique.

Dans son cycle de croissance naturelle, Gelidium sesquipedale pousse sur les récifs rocheux exposés aux courants et à la houle, généralement sous le niveau des marées les plus basses jusqu’à une quinzaine de mètres de profondeur. Pendant les mois calmes de l’été, les algues ont une croissance soutenue ; atteignant leur taille maximale en début d’automne. L’océan se met en mouvement à cette époque, les houles soulevées par les tempêtes distantes. Sous l’action des vagues, des rameaux d’algues se détachent du fond, en masse.

Comment en récolter ?

Sur les plages, on ramasse les grands tas d’algues échouées à l’aide de tracteurs avec des remorques spécialement adaptées. Ce sont les mêmes engins qui assurent le nettoyage des plages en été.

Ailleurs, des plongeurs ou des pêcheurs à pied cueillent, à marée basse, les algues sur pied, allant jusqu’à arracher la base où elles se fixent au substrat. Lorsque cette pression de « pêche » est trop forte, la production diminue d’année en année. C’est notamment le cas au Maroc où une pêche trop forte et régulée de manière anarchique a vu l’effondrement récent des champs sauvages de Gelidium. La même chose s’était déjà passée au Portugal : dans les années 70 on récoltait plusieurs milliers de tonnes par an, aujourd’hui ce ne sont plus que 200 tonnes/an.

Au Pays Basque, la récolte sur pied n’est pas permise : ce qui permet une exploitation durable et raisonnée. Ainsi, cette belle ressource perdure aujourd’hui et pour les générations futures.

Les extraits d’Algue contenus dans les produits des Laboratoires de Biarritz sont issus de cette utilisation respectueuse de l’environnement.

algues rouges échoués sur le sable

Les acteurs de la filière Gelidium

C’est la société Costabelarra Artola à St Jean De Luz qui récolte l’algue rouge du pays basque.

La société  qui a perfectionné la technique de ramassage, réalise aux alentours de 70% de la récolte annuelle au pays basque.
Le reste de la récolte s’effectue directement en mer par récupération de l’algue arrachée par la houle à l’aide de filets de pêche. La coopérative Logicoop centralise l’activité d’une demi-douzaine de bateaux de pêche qui complètent leur activité de pêche traditionnelle avec la récolte de l’algue rouge. Une fois ramassée, l’algue doit être séchée pour être mieux conservée.

L’algue est alors traitée exactement comme du foin. Elle est répandue en champs, retournée avec le même matériel que pour le foin. Une fois séchée, l’algue peut être conservée plusieurs mois. La société Costabelarra Artola s’occupe aussi du séchage de l’algue récoltée. Ensuite, c’est la société Sobigel, basée à Hendaye et principal exploitant de cette récolte qui va extraire et purifier l’agar de l’algue.

Si vous vous demandiez à quoi servent les algues échouées sur le littoral basque en automne, nous espérons que vous avez trouvé une réponse dans notre article ! 🙂

 

algue rouge échouée