Actualités

Rencontre avec un duo d’aventuriers parti faire le tour du monde en voilier

Rencontre avec un duo d’aventuriers parti faire le tour du monde en voilier

C’est sur un voilier nommé Roxy que Jérôme et Caroline, âgés de 35 et 33 ans, sont partis faire le tour du monde d’Est en Ouest. C’est tout naturellement que les Laboratoires de Biarritz ont choisi de faire de ces aventuriers des ambassadeurs de la marque.

Bonjour ! Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?
Bonjour ! Nous sommes tous les deux originaires du sud de Bruxelles, nous avons grandi ensemble dans le même lycée. Grâce à Jérôme, j’ai pu apprendre la navigation lorsque nous nous sommes connus, lui qui navigue depuis l’âge de 7 ans. Nous avons 8 ans de vie commune dont 7 passés sur des voiliers… Nous n’avons plus aucune attache terrestre, nous vivons et travaillons exclusivement sur l’eau !

Quel est votre projet et où en êtes-vous exactement dans votre parcours ?
Notre projet est le tour du monde d’Est en Ouest en voilier de course-croisière. C’est un support assez sportif, conçu pour aller vite en équipage. Nous ne sommes que deux à bord et prévoyons beaucoup d’escales à travers de nombreux pays pour découvrir le mode de vie des régions visitées. Nous sommes actuellement aux îles Marquises, en Polynésie Française depuis 6 mois. Partis de Nieuwpoort en Belgique en août 2019, notre objectif est une arrivée en Martinique en avril 2022 où nous franchirons notre ligne.

Comment définiriez-vous votre vie en voilier en trois mots ?
Liberté, nature et aventure.

Quels produits des Laboratoires de Biarritz utilisez-vous ?
Nous utilisons toutes les protections solaires. En particulier le Lait solaire 30, le Stick solaire 50+ et le Baume à lèvres. Nous utilisons également les crèmes hydratantes, la Crème réparatrice, le Fluide après-soleil, l’Huile sèche, les Monoïs et le gel douche Océane.

 

Quel est votre produit préféré des Laboratoires de Biarritz en mer ?
Jérôme : Sans hésiter le Stick solaire 50+. En mer, l’agression du soleil est violente, le visage est régulièrement exposé aux embruns et c’est la protection parfaite pour supporter cet environnement. La protection reste en place correctement sur le visage sans avoir besoin d’en remettre constamment, et c’est ce dont tous les sportifs rêvent pour pratiquer leurs activités extérieures.
Caroline : En mer, les cheveux souffrent énormément et l’huile sèche présente beaucoup d’avantages. D’abord parce que l’eau est comptée. En pleine mer, c’est un comble, mais l’eau douce est une denrée rare et précieuse ! Se laver les cheveux devient vite compliqué.

Est-ce important que vos produits de soin soient respectueux des océans ?
Clairement ! L’océan, c’est la vie ! En voilier, tous les produits que nous utilisons au quotidien finissent à l’eau. Donc, plus que n’importe qui, les utilisateurs de la mer doivent opter pour des cosmétiques respectueux des océans ! Et c’est valable aussi pour les produits d’entretien.
Le corail et la faune marine sont tout simplement extraordinaires et nous avons aujourd’hui la possibilité́ d’utiliser des produits respectueux de l’environnement. Utiliser ces produits quotidiennement ne doit faire l’objet d’aucune hésitation au moment de l’achat, c’est une obligation !

Tous les produits des Laboratoires de Biarritz sont conçus et fabriqués en France. Est-ce important pour vous qu’une marque s’engage à produire localement ?
Produire localement, c’est-à-dire minimiser le transport entre les matières premières, le lieu de fabrication pour enfin obtenir le produit prêt à être vendu, c’est évidemment important ! Quand on imagine aujourd’hui que certains chocolats belges sont conçus en Belgique, puis envoyés en Pologne pour être emballés et sont de retour en Belgique pour être vendus, le combat écologique n’est pas près de s’arranger… Pour ça, je dis bravo aux Laboratoires de Biarritz .

Après, quand le produit est fini, prêt à être vendu, c’est un autre combat. Un produit fabriqué en France, vendu en France, consommé par des Français, c’est vrai que c’est fantastique ! Mais pour un Australien qui désire acheter un produit fabriqué à Biarritz, c’est le même combat qu’un Européen qui consomme des raisins qui proviennent du Chili ou des kiwis de Nouvelle-Zélande…Le bilan carbone de ces produits est totalement affolant. Pour des voyageurs comme nous, le fait que ces produits soient fabriqués en France n’est pas un critère. Nous nous efforçons au quotidien d’acheter des produits qui sont fabriqués proche de notre zone géographique afin de minimiser les coûts de transport. En revanche, le fait que les cosmétiques des Laboratoires de Biarritz soient fabriqués de A à Z dans une zone géographique très restreinte doit devenir un modèle de production !

Pensez-vous que la routine de soin peut ou doit devenir un geste responsable pour l’environnement autant que se nourrir ?
La routine de soin DOIT devenir un geste responsable pour l’environnement. Prenons l’archipel des Marquises où nous nous trouvons actuellement, toutes les eaux usées sont rejetées en mer ou en terre. Il n’y a pas de station d’épuration… Pour toutes ces régions du monde où il est compliqué de traiter les eaux usées, les cosmétiques ainsi que les produits d’entretien biodégradables devraient tout simplement être obligatoires. Ces produits existent, utilisons- les ! J’ajouterai que ces produits sont naturels, ils ne peuvent donc être que bénéfiques pour notre corps et notre peau !

À quoi ressemble votre routine beauté sur un voilier ? Quels produits privilégier et pourquoi ?
Jérôme : J’aime le mot routine, car ça l’est devenu au fil des miles nautiques… Nous appliquons tous les deux les protections solaires dès la matinée, qu’il fasse ensoleillé ou non, que l’on soit en mer ou à terre. Et je ne pars plus sous voiles sans l’application du Stick solaire 50+. Le Baume à lèvres est quant à lui appliqué par temps ensoleillé. Après l’exposition, nous prenons plaisir tous les deux à appliquer le Lait après-soleil qui apaise réellement la peau. Personnellement, j’aime spécialement la Crème réparatrice. Avec le sel, l’humidité, les irritations apparaissent et cette crème les soulage énormément. Mieux que cela, je trouve qu’elle accélère la réparation des tissus de manière très efficace ! Je recommande.
Caroline : En plus des protections solaires utilisées quotidiennement, j’applique régulièrement l’Huile sèche Océane sur mes cheveux et ma peau. C’est très efficace sans avoir le désagrément du « gras » sur les vêtements et la literie. J’utilise également beaucoup la Crème solaire teintée en escale, et le gommage du corps Océane procure beaucoup de bien lorsque l’on a passé plusieurs jours en mer…

Merci Caroline et Jérôme ! Où peut-on suivre vos aventures ?
Merci à vous ! Vous pouvez rejoindre notre page Facebook et suivre notre aventure :  « Jérôme & Caroline Au Gré du Vent »

Retrouvez l’interview de Jérôme et Caroline ici :